Associer cacahuètes et diabète gestationnel : bonne ou mauvaise idée ?

Apéro, collation, encas : la cacahuète, fruit de l’arachide, s’invite régulièrement dans notre alimentation. Pas de préparation, il suffit de picorer directement dans le sachet ! Un gros plus quand on n’aime pas cuisiner ou que l’on doit gérer une fringale. De plus, les cacahuètes sont rassasiantes. Ces avantages en font-elles pour autant un aliment à recommander en cas de diabète gestationnel ? Réponse dans cet article. 

Pourquoi la cacahuète a sa place dans l’alimentation d’une femme souffrant d’un diabète gestationnel

Cacahuète et glucides : le point

La première question à se poser face à n’importe quel aliment quand on lutte contre une hyperglycémie, enceinte ou non : contient-il des glucides ? Autrement dit : est-il susceptible de faire monter la glycémie ? Je vous conseille de consulter la base Ciqual pour obtenir la réponse (quel que soit l’aliment concerné). Il s’agit de la table de composition nutritionnelle des aliments publiée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Voilà les informations pour la cacahuète : teneur en glucides aux 100 g : 14,8 g environ. C’est une valeur moyenne, qui peut donc légèrement varier d’une référence à une autre. Par exemple, la quantité de glucides aux 100 g dans les cacahuètes grillées sans sel ajouté est de 11,3 g environ.

Un aliment à index glycémique bas

11 g ou 14 g, la conclusion est la même : les glucides sont bien présents dans les cacahuètes. Leur valeur n’est pas négligeable. À partir de là, faut-il l’éliminer dès lors que l’on a un diabète de grossesse ? Eh bien je dis : non, absolument pas ! La raison : la cacahuète est très riche en lipides (près de la moitié de sa composition). Et les lipides viennent fortement ralentir l’absorption des glucides. Ce qui explique d’ailleurs l’index glycémique très bas de cet arachide. Or, un IG bas, c’est la garantie d’une glycémie qui monte en douceur. 

En résumé, la cacahuète fera probablement monter votre glycémie, mais (très) peu. Pour ma part, je n’avais aucun problème avec cet aliment, alors qu’un kiwi ou une bouchée de pain faisait grimper mon taux de glucose sanguin en flèche. Après – comme avec à peu près tous les aliments contenant des glucides – il faut tester. D’un organisme à l’autre, les résultats peuvent être différents.

Et le beurre de cacahuète, est-ce compatible avec un régime antidiabète ?

100 grammes de beurre de cacahuète contiennent en moyenne 16,1 grammes de glucides. La teneur en lipides atteint 52,5 grammes. Il y a toutefois une subtilité… Une fois de plus, il s’agit de moyennes. Or, il existe des références avec sucres ajoutés et d’autres sans ajout de sucres. Il faut donc regarder les étiquettes. Ce que j’ai fait pour vous bien entendu 🙂

Voici le résultat de mes recherches dans les rayons du supermarché (je ne cite pas les marques, juste le « titre » de l’aliment) :
→ pur beurre de cacahuète : 12 g de glucides et 50 g de matières grasses aux 100 g
→ beurre de cacahuète crunchy sans sucres ajoutés : 7 g de glucides et 50 g de matières grasses aux 100 g
→ pâte à tartiner pur beurre de cacahuète crunchy : 12 g de glucides et 50 g de matières grasses aux 100 g
→ beurre de cacahuète crémeux (avec ajout de sucres, mais aussi de sel, d’huile de colza et d’huile de coton) : 16,6 g de glucides et 43,4 g de matières grasses aux 100 g
→ beurre de cacahuète (avec ajout de sucres, d’huile de soja hydrogénée et de sel) : 17,3 g de glucides et 53,3 g de matières grasses aux 100 g.  

Constat : concernant les glucides, les valeurs vont du simple au double. On note également que certaines références comportent des ingrédients de mauvaise qualité.

>> Voir l’article : Comment lire les étiquettes ? | Mode d’emploi express

Précautions à prendre avant de consommer des cacahuètes

Éviter les cacahuètes salées

Les sachets de cacahuètes se trouvent en général dans le rayon des gâteaux apéritif. Outre la tentation de se ruer sur… les gâteaux apéritif, le risque (qui n’a malgré tout rien de dramatique) est de choisir une version salée. Il est aujourd’hui démontré que le sel en excès est un facteur de risque de l’hypertension artérielle, un problème que vous rencontrez peut-être d’ailleurs déjà et qui n’est pas à négliger en cas de diabète gestationnel. Après, il ne faut pas tout s’interdire non plus… Une petite poignée de cacahuètes salées n’aura pas d’effet notoire, il me paraît simplement important de consommer ce type de produits en conscience et avec mesure. 

Distinguer cacahuètes et fruits secs

Cacahuètes, noix, raisins secs : ces trois aliments ne font pas partie de la même famille, bien qu’on ait tendance à les placer dans un même groupe alimentaire, celui des fruits secs. Qu’est-ce qu’un fruit sec ? C’est tout simplement un fruit séché… Donc un fruit qui a perdu son eau et dans lequel la concentration en glucides se trouve fortement augmentée. Abricots secs et raisins secs sont les plus connus, et ce sont des bombes glucidiques ! À éviter donc pendant votre grossesse. 

Problème : les mélanges apéritif vendus en supermarché contiennent généralement des cacahuètes ET des raisins secs. Soyez donc vigilante lors de vos achats !

Voir l’article complet sur les fruits secs : Associer diabète gestationnel et fruits secs, un très mauvais plan !

Modérer les quantités

Enfin, on l’a constaté précédemment : 100 grammes de cacahuètes, c’est 50 grammes de gras… Afin d’éviter un apport trop important en lipides, il est prudent d’éviter de consommer des cacahuètes régulièrement. 

Sur ce, bon apéro !

Lien vers la table Ciqual : https://ciqual.anses.fr/

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !