En cas de diabète de grossesse, faut-il vraiment jeter son pot de Nutella® ?

Je sais, c’est difficile de se séparer de cet aliment doudou que l’on a tous dans ses placards de cuisine, mais voilà, la réalité est là : lorsque l’on souffre d’un diabète gestationnel, le Nutella® n’est vraiment, mais vraiment pas recommandé.

Dans cet article, je vous explique pourquoi diabète de grossesse et pâte à tartiner ne sont pas compatibles (en théorie en tout cas). Je vous montre aussi comment les industriels de l’agroalimentaire cherchent à nous faire croire que les produits gras et sucrés, au fond, ne sont pas aussi gras et sucrés que ce que l’on croit !

Enfin (et vous allez peut-être vous jeter sur cette partie de l’article !) je partage avec vous quelques conseils pour, malgré tout, se faire plaisir avec un (petit) peu de Nutella® même en cas de grossesse diabétique. 

Le Nutella®, une bombe glucidique à ne pas mettre (normalement) entre les mains d’une femme enceinte ayant un diabète gestationnel

Premier ingrédient du Nutella® : le sucre pur, pile ce qu’il ne faut pas manger en cas d’hyperglycémie chronique

Le site officiel de Nutella® sait nous faire saliver. Prenez 15 g de Nutella®, environ une cuillère à café, étalez-les sur une tranche de pain et profitez d’une délicieuse expérience. Difficile de ne pas succomber en effet, que ce soit au petit déj, en collation ou… à n’importe quel moment de la journée… Sauf qu’en théorie, comme je l’ai dit, le Nutella®, c’est bel et bien terminé jusqu’à l’accouchement et la disparition de ce foutu diabète gestationnel !

>> Diabète gestationnel : 3 recommandations essentielles
>> 6 idées de petits déjeuners salés

Bourré de sucre et de mauvais gras, ce produit phare de la société Ferrero coche toutes les cases de l’aliment favorisant une explosion de la glycémie

Il n’y a qu’à regarder cette fameuse image, qui a fait déchanter bien des consommateurs de Nutella®… 

Voici maintenant la liste des ingrédients, telle qu’elle apparaît sur l’étiquette :

sucre, huile de palme, NOISETTES 13 %, LAIT écrémé en poudre 8,7 %, cacao maigre 7,4 %, émulsifiants : lécithines [SOJA] ; vanilline.

La composition ne fait que traduire ce qui saute aux yeux sur l’image : le sucre constitue le premier ingrédient, suivi de l’huile de palme. Ils sont malins ces industriels : ils omettent de donner leur pourcentage dans la préparation, par contre ils précisent bien que les noisettes représentent 13 % du total, histoire de donner une caution « santé » à cette pâte à tartiner qui, non, ne sera jamais bonne à la santé aussi bien d’un diabétique que d’une personne non touchée par une hyperglycémie chronique. 

>> Hyperglycémie : définition, causes, risques et mesures à prendre
>> 5 armes redoutables pour lutter contre l’hyperglycémie enceinte

Attention aux valeurs nutritionnelles affichées sur les pots

Autre technique pour nous faire croire qu’en mangeant du Nutella®, on reste dans une alimentation parfaitement équilibrée : l’affichage des valeurs nutritionnelles « par portion de 15 g ». Non, personne ne mange 15 g de Nutella®, encore moins enceinte, encore moins quand on est tout le temps privé de sucre et qu’on est constamment au bord du craquage ! 

Cette quantité correspond à celle contenue dans les barquettes individuelles proposées au petit déjeuner dans les hôtels. Or, c’est quasiment impossible à trouver en supermarché. Personnellement, je n’en ai jamais vu au rayon « petit déjeuner » ou « épicerie sucrée » des grandes surfaces

>> DG : apprendre à déchiffrer les étiquettes des produits alimentaires
>> La liste de courses spécial DG

Donc on se retrouve à acheter un pot. Aussi peut-il soit-il, il invite à plonger sa cuillère une fois, deux fois, voire plus… Si vous êtes capable de résister à cette tentation du « reviens-y », un autre risque se profile : manger juste une cuillère à café (15 g donc), mais recommencer le lendemain, et ce pendant plusieurs jours d’affilée, ce qui est tout aussi mauvais pour votre glycémie. 

Et il y a même un troisième danger ! Le site officiel le dit très bien : on savoure facilement notre Nutella® sur une tranche de pain (voire même une crêpe !) Résultat : un déluge de glucides ! Au sucre du Nutella® s’ajoutent les glucides du pain (ou de la crêpe).

>> Comment faire baisser sa glycémie ? | 7 techniques imparables

Craquer pour du Nutella® sans (trop) culpabiliser en suivant mes conseils

On en revient donc à la question du début : faut-il éliminer totalement le Nutella® de son régime spécial diabète gestationnel ? 

Franchement, je serais vraiment tentée de dire : OUI ! Après, on reste des êtres humains… Si vous passer de Nutella® vous semble impossible pendant votre grossesse diabétique, essayez de le consommer sans excès, sans pain et sans crêpe (oui cela fait beaucoup de « sans »…).

Suivez également le conseil qui suit pour éviter une glycémie stratosphérique : déguster une portion raisonnable de Nutella® en dessert ou en tout cas après avoir consommé des aliments contenant 0 glucide (j’ai bien dit 0). Ces aliments vont faire « tampons » et empêcheront votre organisme d’absorber le sucre de la pâte à tartiner trop vite (ce qui fait grimper la glycémie). 

Pour finir sur une note positive : certaines femmes enceintes ayant un diabète de grossesse ont miraculeusement des taux corrects après avoir mangé du Nutella®. Cela reste rare, donc suivez bien les conseils que je viens de donner pour limiter la casse ! 

>> Diabète gestationnel : apprendre à gérer la culpabilité
>> Glycémie : les taux à cibler pendant votre grossesse

>> Voir la liste des articles du blog « 1 Grossesse 1 Diabète »

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !