Comment gérer son diabète gestationnel pendant les vacances ? | 4 conseils indispensables

Continuer à faire preuve de sérieux dans son régime pendant les vacances : un véritable défi pour toutes les femmes enceintes souffrant d’un diabète gestationnel ! Premier problème : le trajet ! Quand on passe six heures en voiture, la question des repas devient particulièrement ardue et les tentations (un KITKAT® par-ci, un biscuit par-là…) souvent omniprésentes. Et puis on arrive sur son lieu de villégiature, comme fait exprès, à l’heure de l’apéro… Ou bien c’est direction la plage, sous le soleil, et l’envie d’une glace devient obsédante… Bon, j’arrête là, je crois que vous savez de quoi je parle ! La question est donc : comment faire, dès lors que l’on a un diabète de grossesse, pour maîtriser ses apports alimentaires, garder une certaine régularité dans les repas et éviter les excès quand on est en vacances ? Voici mes conseils !

Conseil n°1. Diabète gestationnel et trajet : prévoir une glacière avec des encas « bloqueurs » de glucides

Déjà trois heures passées sur la route… Il fait chaud, les paysages fades de bord d’autoroute défilent, encore et encore, le moteur ronronne, on pourrait presque s’endormir, mais non : on a faim, ou plutôt, on a envie de grignoter. À l’arrière de la voiture, les enfants ont déjà déballé les Granola, alors que le ou la conjointe à l’avant, l’air de rien, plonge régulièrement la main dans un paquet de chips. Et vous ? Vous n’avez même pas droit à un quignon de pain. Oui, c’est dur, mais vous êtes forte et vous vous dites : « Allez, je vais résister ! Sur la prochaine aire d’autoroute, je dégaine mes bâtonnets de carotte ! » Je vous applaudis des deux mains, tout en vous mettant en garde : à un moment ou à un autre, la tentation risque de se transformer en action, et vous vous entendrez demander à celui ou celle qui a le paquet de gâteaux en main : « Donne-m’en un, J’EN PEUX PLUS ! » 

Si cela vous arrive, ne culpabilisez pas. Franchement, ce genre de craquages est tout à fait compréhensible, c’est humain. Ce que je vous ordonne en revanche (oui, c’est dictatorial), c’est d’anticiper vos écarts. J’appelle ça aussi « craquer intelligemment ». Il ne s’agit pas de remplacer trois bâtonnets de carotte par trois Kinder, mais de manger d’abord une petite dizaine de bâtonnets de carottes et ensuite un ou deux Kinder. Donc oui, attendez d’être sur l’aire d’autoroute, piochez dans votre glacière un ou plusieurs aliments sans glucides (ou qui en contiennent très peu), comme des crudités, des œufs durs ou du fromage, puis accordez-vous votre petit plaisir sucré ! 

Conseil n°2. Changer d’état d’esprit le temps des vacances

L’objectif principal des vacances : relâcher la pression du quotidien. Et cela inclut votre régime. Alors attention, je ne veux pas dire que vous pouvez manger n’importe quoi à n’importe quelle heure ! Non… L’idée est simplement d’être un peu plus souple, de ne pas être catastrophée si les heures de repas sont décalées ou si vous vous autorisez une glace de temps en temps. Continuez à bien contrôler vos glycémies et réajustez votre alimentation si vos taux dérapent. Si tout va bien, déculpabilisez-vous et profitez de vos vacances !  

Conseil n°3. Adapter ses apéros en incluant des aliments « antidiabète »

Amandes, noisettes, noix de Pécan, noix de macadamia, cacahuètes, dés de fromage, tomates cerise, olives, tzatziki / concombre, caviar d’aubergine, gaspacho : c’est bon, ça cale (enfin, sauf le gaspacho) et ça bloque les glucides des gâteaux apéros et autres chips. Alors attaquez toujours vos apéros par un maximum d’aliments de cette liste, puis passez ensuite aux aliments contenant des glucides (sans vous goinfrer non plus). 

Conseil n°4. Se chouchouter pendant ses vacances (= se faire plaisir autrement qu’en mangeant des churros)

Dernier conseil : réorientez votre budget en prévoyant moins de restos et plus d’activités tournées vers le bien-être et les loisirs. Réserver une séance de spa ou un massage à deux, faire une sortie en bateau, assister à un spectacle, s’initier à une discipline artistique ou manuelle : autant de moments privilégiés qui casseront votre routine, vous feront du bien… et vous conduiront à penser que finalement, un resto ou un chichi sur la plage, c’est vraiment trop banal…

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !