Peut-on manger une glace quand on a un diabète gestationnel ou un MODY 2 enceinte ?

Glace et diabète gestationnel sont-ils compatibles ? Peut-on fondre pour une coupe de crème glacée malgré un diabète de grossesse… ou pas ? Je vous réponds tout de suite !

Consultez aussi les autres articles consacrés aux « aliments interdits » :
>> pizza
>> hamburger
>> croissant

Pourquoi, en théorie, déguster une glace est-il mauvais en cas de diabète de grossesse ?

Crème glacée, sorbet, esquimau, desserts glacés du type nougat glacé et vacherin, mais aussi fruits givrés : la glace recouvre des réalités diverses ! La différence se joue aussi au niveau des quantités : entre une boule et un pot de 500 ml d’HÄAGEN-DAZS®, il y a un monde !

Malgré tout, si l’on suit les directives des diététiciens et médecins, une préparation glacée quelle qu’elle soit n’a pas vraiment sa place dans un régime antidiabète. Et vous savez bien pourquoi… Oui, il y a trop de glucides, en l’occurrence trop de sucre.

En moyenne, qu’il s’agisse d’une crème glacée, d’un sorbet ou d’une glace à l’eau, et quel que soit le parfum, la teneur moyenne en glucides de 100 g de glace est de 32,2 g, soit un tiers du produit ! Alors imaginez quand on ajoute le cornet, la chantilly, la sauce au chocolat et les toppingsManger une glace tout en ayant un diabète gestationnel semble donc très compliqué… 

Or, en plein été, à huit mois de grossesse et après quelques semaines (voire mois) de restrictions alimentaires, il est clair que l’on ne rêve que d’une chose : déguster deux boules de sorbet noix de coco et même, soyons folle, un MAGNUM® Double Caramel

Alors, on fait quoi ? Eh bien on coupe la poire en deux : non, pas de MAGNUM®, mais une boule de crème glacée vanille, ça passe si on l’intègre correctement à son alimentation

Manger une glace en ayant un diabète gestationnel : méthode

Bon, on l’a dit, en théorie il faut éliminer la glace de son alimentation spécial diabète gestationnel. Mais au bout d’un moment, je le sais pour l’avoir vécu, les consignes, les interdictions, on en a juste ras-le-bol ! Pour une fois, on a bien le droit de se faire plaisir, me*** ! Oui, je suis bien d’accord ! Alors voici ma méthode pour s’accorder une pause glacée tout en limitant son hyperglycémie

Une précision importante que je glisse dans quasiment tous mes articles : chaque maman et chaque grossesse sont différentes. Ce qui marche pour une femme enceinte diabétique peut ne pas marcher pour l’autre. Et ce qui marche un jour peut ne pas marcher le lendemain, la glycémie étant dépendante de multiples facteurs. Donc, la prudence s’impose toujours quand on s’accorde une gourmandise 😉 Alors ne videz pas un pot de glace entier hein 😉 Savourez une boule en prenant votre temps et relevez votre glycémie postprandiale

>> Lire aussi : « J’ai craqué ! » : est-ce grave ?
>> Que manger en cas de fringale ?
>> Mes astuces pour ne plus avoir faim !

1. Bien choisir sa glace 

Une glace pendant une grossesse diabétique ? Oui, de manière très occasionnelle. Faites simple et maîtrisez votre consommation 😉 Optez soit pour une boule (sorbet ou crème glacée) soit pour une petite tranche de nougat glacé. 

Contrairement à une idée reçue, un sorbet n’est pas meilleur sur le plan glucidique qu’une crème glacée comme de la vanille ou du chocolat. C’est même plutôt l’inverse. Voyez les chiffres : une crème glacée vendue en bac contient en moyenne 26,1 g de glucides (pour 100 g de produit). De son côté, un sorbet en bac en renferme 29,6 g. 

À savoir également : outre une teneur en sucre (très) élevée, les sorbets et crèmes glacées industriels affichent une liste d’ingrédients parfois impressionnante, dont pas mal restent très mystérieux, du style « protéines de pois hydrolysées » ou « gomme Tara ». Je m’attendais bêtement à trouver trois ingrédients dans un sorbet : de l’eau, des fruits, du sucre. J’ai regardé au hasard l’étiquette d’un sorbet citron de marque distributeur. Pas moins de 15 ingrédients entraient dans la composition, dont quatre types de sucre différents : saccharose, sirop de glucose-fructose, sirop de glucose et dextrose !

Vous me voyez venir ?… Oui, si vous avez un creux dans votre planning de (future) maman, faites vos glaces maison ! Vous êtes l’heureuse propriétaire d’une sorbetière ou d’un robot qui fait à peu près tout, type THERMOMIX®, alors ça devrait aller vite ! Vous n’avez pas d’appareils culinaires adéquats ? Ce n’est pas un problème. Vous trouverez des recettes adaptées sur Internet, dont certaines sans sucre ajouté :-).

2. Consommer sa préparation glacée en dessert, pas en encas

Votre objectif jusqu’à la naissance de votre enfant : éviter les pics glycémiques. Pour ce faire, vous devez manger les produits sucrés en fin de repas, pas en encas à jeun. De plus, le repas doit être très pauvre en glucides, voire même exempt de glucides. C’est vraiment très important ! 

>> Repas et DG : 7 erreurs à ne plus commettre !

Pourquoi ? Eh bien parce que les aliments composant l’entrée et le plat principal viendront ralentir l’absorption du sucre contenu dans la glace. À l’inverse, si vous pensez combler une fringale pendant votre grossesse en dévorant un cône glacé, votre glycémie grimpera en flèche, et bien trop haut. Un aliment sucré qui arrive dans un ventre vide est en effet assimilé très rapidement. Donc non seulement vous obtiendrez une hyperglycémie sévère, mais en plus vous aurez faim 10 minutes après !

Les glaces industrielles, de la plus riche à la moins riche en glucides

Pour info, voici les quantités de glucides moyennes des différents types de glace vendues en supermarché (source : table Ciqual) :

  • Dessert glacé type « mystère » ou vacherin : 40,5 g pour 100 g de produit (là non, ça n’est vraiment pas possible, vous allez faire exploser votre lecteur de glycémie !)
  • Sorbet + cône : 39,3 g
  • Crème glacée + cône : 38,5 g
  • Barre glacée chocolatée : 35,8 g
  • Bûche glacée : 30 g
  • Sorbet vendu en bac : 29,6 g
  • Citron givré / Orange givré : 29,1 g
  • Café ou chocolat liégeois : 28,6 g
  • Crème glacée vendue en bac : 26,1 g
  • Nougat glacé : 25,3 g

Glace et diabète gestationnel : on résume !

Pour un impact moindre sur la glycémie pendant votre grossesse, il convient de :

  • manger sa glace en dessert, pas le ventre vide ;
  • la préparer soi-même en utilisant des ingrédients bruts, comme les fruits frais, et en ajoutant le moins de sucre possible ;
  • se limiter à une boule.

Idéalement, il faut cumuler ces trois critères. Si vous êtes au bord du craquage, prête à tout péter chez vous parce que vous n’en pouvez plus de ce pu**** de régime, alors faites-vous une Dame blanche et mangez-la en dessert, après un repas copieux et exempt de glucides. Éviter le sucre à jeun est LE critère numéro 1 à respecter ;-).

Attention ! Si votre diabète est déséquilibré ou votre hyperglycémie de base très élevée, faites tout votre possible pour en rester à une boule et mangez zéro glucide avant ! Ajoutez de la gourmandise en râpant sur votre glace un carreau de chocolat noir à 85 %, en ajoutant quelques copeaux de noix de coco ou des noisettes concassées.  

Source indispensable pour cet article : 
La table de composition nutritionnelle Ciqual

Articles en lien avec ce sujet :

Bien réagir après un (gros) craquage
Est-ce que je peux manger un croissant au petit déjeuner ?
La pizza avec un DG : ça passe ou pas ?
… Et le hamburger ?
Que manger en cas de fringale ?
Apprendre à gérer la culpabilité quand on a un diabète de grossesse
Enceinte avec un DG : 4 bonnes raisons de positiver !
La liste des aliments interdits

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !